En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Unité Biogéochimie des Ecosystèmes forestiers

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Émeline LEQUY

                                                
            
                            
            
            

                Doctorante            

            

            INRA, Centre de Nancy,
            Biogéochimie des Écosystèmes Forestiers
            Route d'Amance, 54280 Champenoux, France
                            emeline.lequy@nancy.inra.fr                        

                                                                                                                                                
                                                                                                        
                                                                                                                                                
                                                                                                        
                                                                                                                                                
                                                                                                        
            


    Titre de la thèse :

 

    Dépôts atmosphériques particulaires sur les écosystèmes forestiers de la moitié nord de la France : influence sur les cycles biogéochimiques

    Encadrement de la thèse :

 

    Marie-Pierre TURPAULT (INRA-BEF) directeur de thèse

    Description de la thèse :

 

    Les forêts tempérées sont des écosystèmes à faibles intrants. Ils     sont établis sur des sols acides et/ou pauvres et ne sont pas, ou rarement, fertilisés. Les     seules entrées de nutriments dans l’écosystème sont les dépôts     atmosphériques et l’altération des minéraux du sol en éléments     nutritifs (Ca, Mg, K, Na et P essentiellement). Les pertes de nutriments pour l’écosystème     forestier sont les eaux de drainage et l’exportation de biomasse. Cette dernière partie est     actuellement très importante pour satisfaire les besoins en bois de la France. L’écosystème     présente des carences en nutriments : toutes les sources potentielles de nutriments sont cruciales.

    


    

    Figure 1: les cycles biogéochimiques des écosystèmes forestiers

 

    Or, en France, seuls les dépôts dissous, c’est-à-dire les ions dans l’eau     de pluie, sont étudiés, notamment par l’ONF. Pourtant les dépôts     atmosphériques contiennent une fraction particulaire minérale, c’est-à-dire     solide et cristallisée. Ces particules ont deux grandes origines possibles : le transport de     longue distance, comme les poussières issues des zones arides ou désertiques, ou encore     les cendres volcaniques, et les particules de sol local remobilisées par l’érosion     et les activités humaines, notamment agricoles. Les poussières sahariennes sont la principale     source de particules atmosphériques. Elles représentent une importante quantité et     influencent aussi bien les écosystèmes aquatiques (fertilisation des océans et du     phytoplancton, réduction de l’acidité dans les lacs (Rogora et al., 2004; McTainsh     and Strong, 2007)) que les écosystèmes terrestres (formation de sols loessiques (Stuut et     al., 2009)). En outre, des études espagnoles et américaines montrent une contribution de     ces DAP aux cycles biogéochimiques des écosystèmes forestiers et à la     nutrition des arbres en Espagne, à Porto Rico et dans le bassin Amazonien. L’effet des     DAP étant avéré pour les forêts tropicales, il reste à le     déterminer au niveau des forêts tempérées.    
    Le but de cette thèse est de caractériser les dépôts atmosphériques     particulaires (DAP) et de déterminer leur influence sur les cycles biogéochimiques et     la nutrition des écosystèmes forestiers en milieu tempéré. La     hêtraie sur sol acide est le type d’écosystème choisi pour sa     représentativité des écosystèmes forestiers du Nord Est de la     France. Deux grands objectifs sont établis :

        
  •         Quantifier et caractériser le dépôt atmosphérique particulaire en milieu forestier ,    
  •     
  •         Etudier le devenir des dépôts dans les cycles biogéochimiques des écosystèmes forestiers.    
    
    

            

    
    

            Figure 2 : description des objectifs, matériels et méthodes de la thèse    

    
 

    Un dispositif de captage spécifique a été mis en place au Nord-Est de la France     au niveau de l’OPE de Meuse Haute-Marne (55) et des stations ORE de Breuil-Chenue (58),     Fougères(35) et Hesse (54). Les DAP sont échantillonnés grâce à ce     dispositif à la fois hors couvert forestier (en clairière ou sur une tour à flux)     et sous le couvert forestier (pluviolessivats et ruissellement de tronc). Le taux de dépôt     calculé avec les données actuelles se situe entre 10 et 30 kg/ha/an. Les analyses de     granulométrie et de minéralogie donnent les résultats suivants : les DAP     présentent une granulométrie polydispersée avec une dominance de la partie     argilo-limoneuse pour laquelle le diamètre moyen est de 5 µm, ce qui est congruent avec la     littérautre(Guerzoni et al., 1997). Le cortège minéralogique semble homogène     au cours de l’année sur les sites expérimentaux : quartz, fledspaths alcalins et     potassiques, biotite et autres phyllosilicates en cours de détermination.

 

    Mots clés :

        taux de dépôt, métrologie, compartimentation du dépôt, minéralogie, effet canopée ; flux d’éléments atmosphériques, disponibilité des nutriments ; sylviculture durable.

    Publications récentes :

    LEQUY E., CONIL S., TURPAULT M.-P. 2012., Impacts of Aeolian dust deposition on European forests sustainability: A review. 267, 240-252.

    Résumé de thèse :

 

    Quantifier la totalité des apports atmosphériques, notamment particulaires, est nécessaire pour mieux     comprendre les cycles biogéochimiques en vue d’une gestion durable des écosystèmes forestiers.     En effet, l’intensification des récoltes de bois-énergie induit une pression nutritive     supplémentaire sur les forêts.    
    Le but de ce travail est de combler les lacunes concernant le dépôt atmosphérique     particulaire (taux de dépôt, composition minéralogique et chimique), ainsi que     d’étudier son influence sur les cycles biogéochimiques forestiers. Pour ce faire,     un échantillonnage de 2 ans a été mis en place dans 4 hêtraies de la     moitié Nord de la France. Un développement métrologique a été     nécessaire pour concevoir les capteurs hors et sous canopée et pour séparer     les particules de la phase dissoute puis compartimenter le dépôt particulaire en     fonction du modèle conceptuel organo-minéral établi dans cette étude.     Les résultats obtenus valident ce modèle et montrent (i) un taux de dépôt     annuel de 19±3 kg.ha-1.an-1 de minéraux peu solubles témoignant d’origines     diverses, (ii) des flux de nutriments inférieurs à ceux des dépôts     dissous et de l’altération des minéraux du sol mais qui contribuent à     améliorer la fertilité des forêts, (iii) un captage supplémentaire     induit par la canopée et (iv) une dissolution des particules minérales lors de leur     transport atmosphérique qui enrichit les précipitations en nutriments.    
    Un échantillonnage optimisé sur le long terme est indispensable pour confirmer     et préciser les tendances observées, en particulier concernant les épisodes     de très fort dépôt particulaire et  le dépôt sous     la canopée.

            Consulter la thèse d'Emeline LEQUY en ligne