En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Unité Biogéochimie des Ecosystèmes forestiers

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Soutenance HDR de Stéphane Uroz

HDR S. Uroz
Le 24 février 2014, Stéphane Uroz, chercheur à l'interface des unités de recherche INRA IAM (Interactions Arbres-Microorganismes) et BEF (Biogéochimie des Ecosystèmes Forestiers), a brillamment soutenu sa thèse HDR intitulée "“Ecologie des interactions biotiques et abiotiques des communautés bactériennes des sols: caractérisation des acteurs, des fonctions et des déterminants génétiques”. L'équipe du BEF lui adresse ses félicitations!

La soutenance s'est déroulée le 24 février 2014 à 13h30 dans l’amphithéâtre 7, Faculté des Sciences, Boulevard des Aiguillettes, Vandoeuvre.

Composition du jury :
M. Christophe MOUGEL Directeur de Recherche INRA Rapporteur
M. Pascal SIMONET Directeur de Recherche CNRS Rapporteur
M. Stéphane VUILLEMIER Professeur de l’Université de Strasbourg Rapporteur
M. Eric GELHAYE Professeur de l’Université de Lorraine Examinateur
M. Pierre LEBLOND Professeur de l’Université de Lorraine Examinateur
M. Roland MARMEISSE Directeur de Recherche CNRS Examinateur
M. Lionel MOULIN Chargé de Recherche IRD Examinateur
Mme Pascale FREY-KLETT Directrice de Recherche INRA Invitée
M. Phil OGER Chargé de Recherche CNRS Invité

Résumé
La disponibilité des nutriments est un paramètre fondamental des cycles biogéochimiques qui régit la fertilité d’un sol et le fonctionnement d’un écosystème. Parmi les écosystèmes terrestres, les forêts développées sur sols acides et pauvres en éléments nutritifs de nos régions tempérées sont parmi les écosystèmes les moins amendés par l’Homme, en comparaison des sols agricoles, et qui de plus subissent une exploitation grandissante de la ressource bois. Ces caractéristiques n’empêchent pourtant pas les forêts de croitre. Dans ce contexte, on peut se demander d’ou proviennent les éléments nutritifs nécessaires au maintien de la croissance et de la santé des peuplements forestiers ? En dehors des apports liés aux dépôts atmosphériques et au recyclage des éléments nutritifs contenus dans les racines mortes et les feuilles, les minéraux du sol sont la source majeure de cations nutritifs disponible pour le fonctionnement à long terme de l’écosystème. La libération des nutriments à partir de ces minéraux devient dès lors un processus déterminant pour le bon fonctionnement de l’écosystème forestier.
Cependant, du fait des conditions régnant dans ces sols (pH acide), les minéraux les plus altérables ont été dissouts, ne laissant que des minéraux faiblement altérables tels que les silicates par exemple. La libération des nutriments à partir de ces minéraux devient dès lors un facteur déterminant pour le bon fonctionnement de l’écosystème. Mais comment cette altération minérale s’opère-t-elle ? Quelles sont les contributions relatives des réactions abiotiques et biotiques dans ce processus d’altération ? Si les processus abiotiques sont relativement bien connus, l’action de la composante biotique (arbre, champignon…) et notamment des communautés bactériennes des sols reste peu documentée. L’enjeu actuel est donc de déterminer : i) les acteurs et leurs interactions, ii) leur contribution au processus d’altération minérale et à la fertilité des sols, iii) d’identifier les mécanismes moléculaires impliqués dans le processus d’altération des minéraux et iv) les moteurs de la structuration des ces communautés microbiennes.
Depuis mon recrutement en tant que chargé de recherche en 2005, j’ai combiné une démarche d’écologie microbienne (pasteurienne et métagénomique) afin de décrire la structure taxonomique et fonctionnelle des communautés bactériennes des sols forestiers, une démarche mécanistique visant à identifier et caractériser les mécanismes moléculaires et les déterminants génétiques impliqués dans la capacité à altérer les minéraux, et enfin une approche de biogéochimie. Cette interdisciplinarité a pu se faire du fait de mon recrutement à l’interface entre deux laboratoires du Centre INRA de Nancy (département EFPA), l’UMR IAM et l’UR BEF. La combinaison de ces approches a permis de mettre en évidence qu’un enrichissement de bactéries altérantes s’opérait au niveau du système racinaire des arbres, suggérant que les arbres sélectionnent des auxiliaires microbiens pour assurer leur nutrition. Plusieurs études ont par ailleurs démontré que l’enrichissement de bactéries à fort potentiel d’altération était lié à des conditions de faible disponibilité en cations nutritifs et potentiellement aux besoins nutritifs des arbres. Ces liens entre l’arbre, la disponibilité en cations nutritifs et la structuration des communautés bactériennes des sols ont été confirmés par l’utilisation de méthodes indépendantes de la mise en culture. En effet, les approches basées sur le séquençage de gènes marqueurs ou de l’ADN environnemental ont mis en évidence qu’une sélection de communautés bactériennes spécifiques s’opérait au niveau du système racinaire des arbres, avec l’enrichissement de taxons présentant de fortes homologies avec les séquences des souches bactériennes altérantes isolées des mêmes sites. De manière intéressante, la disponibilité en cations nutritifs est la aussi apparue comme un paramètre fort de structuration, révélant notamment que les minéraux des sols forestiers sont fortement colonisés par des communautés bactériennes, capables d’altérer les minéraux, et que cette sélection varie en fonction de la nature chimique et de l’altérabilité des minéraux.
L’ensemble de ces travaux forme un tout cohérant qui suggère que les communautés bactériennes des sols forestiers jouent un rôle important dans le cycle des nutriments et la nutrition des arbres, en contribuant à libérer des cations nutritifs via l’altération des minéraux du sol. Ce processus semble néanmoins régulé par les conditions de disponibilité en cations nutritifs du milieu.